Aller au contenu

Strasbourg – Rue Vauban

Une nouvelle adresse pour le paradis du croque-monsieur

Au Croque Bedaine, l’espace bar a été entièrement repensé.  Photo DNA /Franck KOBI

Étancher la soif tout en calmant la faim

Nicolas Macher, le patron de l’établissement.   Photo DNA /Franck KOBI

Voici donc le binôme arrivé rue Vauban, où l’ancien BarÔmètre a trouvé une seconde vie au terme d’importants travaux. Ici, les croque-monsieur sont de format XL -14,5 x 14,5 cm, voire plus si affinités pour le « croque dans le croque » à plusieurs étages. Ils sont préparés à partir d’un pain de boulanger et de produits frais. Ils sont six à la carte, auxquels s’ajoutent des propositions ponctuelles qui varient tous les mois : des classiques croque-monsieur et croque-madame (avec un œuf en plus), en passant par le « croque sa mer » aux accents nordiques, le « croque moi si tu peux » aux saveurs d’oignons, de poivrons et de chorizo, ou encore le « croque missterre », qui mêle ratatouille et fromage de chèvre. Le tout passe sous la presse brevetée de fabrication maison (grâce notamment au père de Nicolas Macher), histoire de bien souder les bords sans rien sacrifier à la gourmandise. Un plat du jour (à 10,90 €) s’ajoute également au menu tous les midis. Côté bières, l’adresse brasse dans le Jura, à la brasserie Rouget de Lisle, ses Gidouille, Beauté Fat’Ale, Échafaud et autres Cumulo-Nimbus à consommer avec modération.

Nicolas Macher et son cousin ont créé leur propre machine à croque-monsieur, avec 70 kilos de pression.   Photo DNA /Franck KOBI

© Dernières Nouvelles d’Alsace, 9 décembre 2021. – Tous droits de reproduction réservés

Quitter la version mobile