DNA 17 mars 2009 – Sus au bonhomme hiver

Le beau temps et la bonne humeur étaient au rendez-vous samedi pour le Carnaval du quartier organisé par l’ARES.
La cavalcade carnavalesque a démarré sur la grande place de l’Esplanade et le cortège a parcouru les rues du quartier aux sons des tambours, les professeurs de musique de l’ARES donnant la cadence.

Acrobates et
chocolat chaud

A l’arrivée au parc de la Citadelle, la foule a été nombreuse et beaucoup d’enfants et de parents déguisés se sont laissé entraîner par des acrobates, des jongleurs ou l’homme-bulle jusqu’à la grande place pour «faire sa fête» au bonhomme hiver. Le feu l’a consumé avec tous les soucis pour préparer la proche arrivée du printemps. A l’issue de ce rassemblement festif, le directeur Marc Philibert et les animateurs de l’ARES ont servi un chocolat chaud à tous les participants.

R.A.

© Dernières Nouvelles d’Alsace, Mardi 17 mars 2009. – Tous droits de reproduction réservés

DNA 20 février 2009 – Musique au Tambourin

Voyager en musique

Le duo de percussions et guitare Nalà s’est produit l’autre soir au Tambourin. Des danses bretonnes aux bossa nova brésiliennes en passant par la musique costaricienne, le public a pu voyager en musique pendant un peu plus d’une heure.
Edith Le Rôle aux percussions et Judith de la Asuncin, d’origine costaricienne, à la guitare, associent avec succès deux types d’instruments que l’on n’a pas souvent l’habitude d’entendre en duo en France. Professeures, notamment à l’école municipale de musique de Hoenheim, les deux femmes ont eu l’idée de faire un bout de chemin musical ensemble en créant, il y a quatre ans, le duo Nalà, mot indien signifiant « chemin ». Avec leur spectacle « In aperturam », elles mettent en valeur des musiques du monde entier en faisant la part belle à la musique latino-américaine.
Le concert, construit avec talent, permet d’écouter des musiques très diverses mais également de mettre en relief tour à tour les percussions puis la guitare. Sur la Symphonie n°13 de Bach ou le célèbre tango « nouvelle époque » Libertango, d’Astor Piazzola, le vibraphone distille son chapelet de notes aiguës tandis que la guitare est présente en toile de fond.
Puis c’est le tour de l’instrument à cordes de se distinguer sur des rythmes costariciens composés par Edin Solis. Les guitares de Judith de la Asuncin et Graciela Pueyo, invitée le temps de quelques morceaux, emmènent l’auditoire sous les latitudes plus chaudes de l’Amérique latine, finement accompagnées au son des cymbales et d’un bâton de pluie.
Tout au long du concert, le public a également pu découvrir des instruments comme le bongo,percussioncubaine, le tambour écossais, en solo le temps de deux marches écossaises ou encore le bodhran, percussionirlandaise etc. Les deux artistes ont terminé leconcert par un morceau empreint de romantisme, Agua e Vinho du compositeur brésilien Eghberto Gismonti.

M.Sch.

© Dernières Nouvelles d’Alsace, Vendredi 20 Février 2009. – Tous droits de reproduction réservés