STRASBOURG

Skatepark : les travaux devraient débuter en janvier

Le projet de skatepark à Citadelle va entrer dans sa phase de finalisation et de travaux. Il pourrait être ouvert aux riders l’été prochain.

Le skatepark sera installé à côté des terrains de basket du parc Citadelle.  Photo DNA /Jean-François BADIAS

Le designer du futur skatepark de Strasbourg devrait être choisi dans les prochains jours et les travaux lancés dans la foulée, probablement en janvier. La Ville avait en effet lancé un appel d’offres et désormais, quand on interroge l’adjoint à la maire en charge du dossier Uwusu Tufuor, il affiche l’espoir que le futur skatepark ouvre l’été prochain.

Uwusu Tufuor, élu l’an passé, a repris et fusionné deux projets de skateparks qu’il a trouvés sur son bureau d’adjoint aux sports, dont l’un via le budget participatif, et imaginé au Heyritz, pour 100 000 euros (un budget jugé largement insuffisant) et l’autre appelé Street K, sur le site Citadelle.

Le projet aujourd’hui s’élève à 1,6 million d’euros et doit être installé dans le parc Citadelle, à l’angle formé par le quai des Alpes et la rue d’Ankara, aux abords des terrains de basket. Il consiste à réorganiser l’espace sportif autour des terrains de basket et dépasse largement la seule pratique du skateboard.

Plan d’aménagement du site. Le skatepark en bas, le parkour en haut.   DR Ville de Strasbourg

« Le choix qui a été fait prend son essence dans un projet déposé par Skate K et dans le projet déposé dans le cadre du budget participatif, il s’agit de créer un lieu dédié aux sports urbains », explique Owusu Tufuor. Il s’est donc agi d’ajouter aux terrains classiques de basket existants, des terrains de basket à trois. « C’est fait et massivement utilisé », dit l’adjoint aux sports. Le projet à compléter compte 1 200 m² de skatepark. Les skaters attendent là ce qui s’appelle un bowl, c’est-à-dire des zones en relief dessinées en creux. Et dans le milieu des skaters, tout le monde pense au mythique bowl de Marseille.

Il y aura donc un skatepark, mais aussi une scène de 200 m² pour la pratique du hip-hop. « Je souhaite que l’équipement soit pour tous les Strasbourgeois, dit encore Owusu Tufuor. La scène pourra aussi être utilisée pour les pratiques douces comme le tai-chi ou le yoga ».

À la pointe nord de la parcelle, il y aura un site de 1 400 m² de parkour avec des agrès spéciaux adaptés à ce sport acrobatique de franchissement en mode agile. Enfin des murs d’expression façon murs de tags seront aussi installés. Pour ce qui est du designer, « il va accompagner les partenaires pour la mise en musique du design, qui doit être en conformité aussi avec l’environnement qui est classé », prévient l’adjoint aux sports.

© Dernières Nouvelles d’Alsace, 8 novembre 2021. – Tous droits de reproduction réservés