La Maison Théâtre à l’ARES L’en-jeu citoyen

ImgRP86

À la Maison Théâtre : confiance, écoute, espace, impro…

Implantée au théâtre du Tambourin de l’ARES pour trois ans, la Maison Théâtre y engage une nouvelle saison où la pratique artistique nourrit la création, adossée à un répertoire choisi. Entre spectacles, ateliers et nouveaux stages, le projet se consolide.

À la suite des attentats de janvier, le gouvernement a décidé de renforcer l’éducation artistique et culturelle, en donnant la priorité aux pratiques artistiques collectives dès le plus jeune âge, ainsi que l’éducation aux médias et à l’information.

À la Maison Théâtre, on a toujours pensé une politique artistique où « la pratique du théâtre relève d’un art vivant plus que d’un seul loisir, revendique son directeur Laurent Bénichou. Où l’on développe l’art d’être citoyen, une attention vers l’autre ouverte sur le monde ».

La greffe au théâtre du Tambourin de l’ARES (association des résidents centre socio-culturel de l’Esplanade) a pris. Une convention a été signée pour une durée de trois ans. « C’est un mode de collaboration efficace, se réjouit Marc Philibert directeur de l’ARES. Le théâtre du Tambourin est davantage repéré depuis l’installation de la Maison Théâtre et la compagnie Plume d’éléphant de Laurent Bénichou. Et puis nous partageons les mêmes valeurs citoyennes ».

Après le succès des stages qui ont eu lieu les 28 et 29 août derniers lors du festival Sur nos chemins de théâtre, Laurent Bénichou présente une saison boostée par des nouveautés – qui consolide et développe le projet. Enrichie par des stages de clown pour débutants et avancés, augmentés d’une session d’écriture clownesque pour adultes.

Des stages durant les vacances scolaires complètent les 5 ateliers hebdomadaires de théâtre destinés aux enfants, dès 8 ans, et aux adultes (de 180 à 330 €/an). La chorégraphe Kristine Groutsch inaugure une improvisation dansée, proposant de nouvelles façons de mettre son corps en mouvement.

Mêlant gens de théâtre, de danse, d’objets, l’équipe d’artistes pédagogues s’est étoffée avec l’arrivée des comédiens Muriel Inès Amat, Nancy Guyon et David Martins – anciens de la troupe du TNS de Julie Brochen.

À la Maison Théâtre, c’est une littérature contemporaine qui se joue. « Nous ne sommes pas qu’un coordinateur d’ateliers, la Maison Théâtre réfléchit la pratique et ses outils de pédagogie », estime Laurent Bénichou qui rêve toujours « d’une école des artistes pédagogues ». Ainsi un répertoire de textes contemporains s’est constitué, au fil du temps, des éditions de Faites du Théâtre ! qui touchent plus de 500 scolaires du Bas-Rhin.

Ce corpus de textes , matière à jouer, à chanter, à penser, s’enrichit des prochaines commandes passées aux fidèles Christophe Tostain, Gustave Akakpo et l’Alsacienne Céline Bernard. En janvier, ces auteurs seront en résidence d’écriture à Strasbourg, à la cité Spach pour Tostain et en Alsace bossue pour Akakpo et Bernard.

Dans un jeu oulipien, la commande passée revêt la forme d’un instantané dramatique de 5:55 – à l’adresse des adolescents et des adultes qui les accompagnent. Soit cinq minutes et 55 secondes, on est bien à l’heure du speed-dating et du tweet.

Ils seront joués en cabaret lors de l’édition 2016 de Faites du théâtre ! Qui pour la prochaine édition, en novembre, tire le fil des histoires de familles/familles à histoires. Renouvelé, Faites du Théâtre ! 2015 convie la comédienne et auteure Sabine Tamisier dont Sad Lisa a été mise en scène au TAPS, en 2010, par Francis Freyburger.

Les actions de médiation avec le théâtre strasbourgeois Le Maillon et le centre de développement chorégraphique Pôle sud se poursuivent durant la saison 2015/16.

Quatre spectacles jalonnent aussi la saison au théâtre du Tambourin. Flix des Anges Nus, d’après l’album de Tomi Ungerer, en janvier prochain, suivi du théâtre musical de la compagnie bordelaise du Réfectoire qui met en scène Le journal de grosse patate. Avec les Aquitains, s’est monté le projet Si j’étais grand, les deux équipes croiseront leurs créations entre les scènes du Tambourin et du TnBa-Théâtre du Port de la Lune, en juin 2016. Laurent Bénichou reprend Crises de mer , en mars, et pour les tout-petits, de 18 mois à 5 ans, programme les Yeux comme des Hublots qui donnent rendez-vous au 2 rue Bulle.

« Je réfute le terme d’intervenant, postule Laurent Bénichou, car on développe une démarche innovante autour de ce que signifie” être un spectateur”. Aujourd’hui, on fait une politique du chiffre mais on a oublié la politique du terrain. » Dotée d’un budget de 130 000 € (dont 45 % d’autofinancement), la Maison Théâtre cherche encore une reconnaissance, et de véritables moyens financiers pour garantir son développement.

Présentation de saison, le 19 septembre à 10 h 30 au théâtre du Tambourin, 10 rue d’Ankara. lamaisontheatre.eu

© Dernières Nouvelles d’Alsace, samedi 12 septembre 2015. – Tous droits de reproduction réservés

Actifs avec l’ARES !

ImgRP85

Le plein d’activité avec l’ARES

Expression artistique, sports loisirs, détente, bien-être, remise en forme et danses sous toutes les formes, l’ARES en cette rentrée 2015 propose plus de 40 activités différentes. De quoi satisfaire toutes les passions, à tous les âges et pour toutes les bourses.

Fidèle à ses valeurs d’éducation populaire et de solidarité entre ses membres, l’ARES a fixé pour ses activités un tarif progressif et adapté à la situation financière de chacun.

Une rentrée sous le signe de la nouveauté

L’ARES innove en proposant des activités encore peu proposées sur Strasbourg comme le « Piloxing », un cocktail de Pilate, de boxe et de danse, et le « Pound » un mix de percussions et de danse.

Plus en douceur, l’atelier de « méthode Feldenkreis » proposera un travail de détente, basé sur la respiration et l’attention portée aux mouvements du corps.

La danse se déclinera sous toutes ses formes. Danse africaine, moderne jazz, danse de salon et flamenco.

Enfin l’ARES enrichit ses propositions d’ateliers d’expression artistique en remettant au goût du jour la couture et la photo et en développant en direction des jeunes des ateliers de dessin manga et des ateliers de graff tag.

Remise en forme et prévention santé avec Siel bleu

Siel Bleu est de retour à l’ARES, avec son savoir-faire spécialement adapté aux seniors pour les accompagner dans l’autonomie et la prévention santé par la pratique d’une activité sportive adaptée. Créé en 1997 à Strasbourg, Siel Bleu utilise l’activité physique adaptée comme un outil de prévention.

Depuis de nombreuses années l’ARES accorde une importance toute particulière aux activités de bien-être comme le yoga, le qi qong, la gym bien-être, le Pilates.

Utilisation optimale des nouveaux locaux

L’ARES utilise aujourd’hui pleinement ses magnifiques locaux pour développer ses propositions d’activités, grâce à des salles adaptées, des terrasses permettant la pratique des activités en plein air, des vestiaires et des douches.

Redémarrage le 14 septembre et ateliers ouverts à tous sans engagement

Toutes ces activités mais aussi l’école de musique, les ateliers théâtre avec « la maison théâtre », redémarreront le 14 septembre prochain, avec la possibilité de découvrir toutes ces propositions sans engagement.

Horaires, modalités d’inscription, simulateur de tarifs en consultant le site de l’association : www.ares-actif.fr

© Dernières Nouvelles d’Alsace, mercredi 9 septembre 2015. – Tous droits de reproduction réservés

Cathy Wuest : la recherche de l’épure

ImgRP84

Une oeuvre de Cathy Wuest. Droits réservés

Le travail de Cathy Wuest s’inscrit dans la tradition de l’abstraction minimaliste, mais se veut
également porteur d’un fort symbolisme spirituel. Les compositions de formes simples, de couleurs
et de matières s’organisent, dans l’espace de la toile ou du papier, à la recherche d’un équilibre
juste et précis. Mais cette recherche de la beauté formelle et de la simplicité contient également
une dimension ludique qui revendique sa part d’enfance : jeu avec la lumière et la ligne, joie de
l’invention…
À l’Ares, 10, rue d’Ankara, de 9h à 12h et de 14h à 17h. Entrée libre.

© Dernières Nouvelles d’Alsace, mardi 8 septembre 2015. – Tous droits de reproduction réservés

Eschau-Strasbourg – Course des baignoires

ImgRP83
Au passage de la première bouée, l’Assoc’Tomate est dans le peton de tête en compagnie des futurs vainqueurs, les footballeurs de l’Union Sportive d’Ittenheim, coiffés de perruques bleues. PHOTO DNA

Opération Archimède pour l’Assoc’Tomate

Les jeunes et les adultes de l’Assoc’Tomate d’Eschau, dernière née des associations de la commune, participaient il y a peu à l’opération Archimède, une course de baignoires, qui s’est déroulée à Strasbourg. Ils ont franchi la ligne d’arrivée en 6e position.

Naviguer sur des baignoires ? C’est le défi que s’est lancé la toute jeune association des ados d’Eschau, l’Assoc’Tomate.

Les adolescents ont participé à la 5e édition de la course des baignoires organisée par le centre socioculturel de l’Esplanade (ARES) à la presqu’île Malraux, à Strasbourg.

Construit à partir d’une baignoire et de quatre fûts en plastique faisant flotteurs, le radeau « Black Pearl » avait fière allure avec son mât de 3 mètres au départ de la course dimanche dernier. Au passage de la première bouée, l’embarcation a rivalisé avec les meilleurs équipages. Quelques coups de pagaies plus tard, le mât a accroché la passerelle du bassin d’Austerlitz ! Sans doute les concepteurs du radeau n’avaient-ils pas bien pris en compte le principe d’Archimède et il a fallu démâter. Ce ne fut pas la Berezina pour autant.

Les quatre rameurs, Antoine Dubois et Charonne Burckel pour les ados, Alain Dubourg et Cédric Heitz pour les adultes, ont poursuivi la course avec une énergie et une détermination sans pareil pour terminer 6es sur 25 équipages ! Pas mal pour une première participation. À l’arrivée, ils ont été acclamés par des supporters et des accompagnateurs, grimés comme il se doit en pirates des Caraïbes.

© Dernières Nouvelles d’Alsace, vendredi 10 juillet 2015. – Tous droits de reproduction réservés

Poussée d’Archimède aux Docks d’été

ImgRP82
Pas de pitié pour les concurrents, coups de rame et bombe à eau dans une ambiance bon enfant.

photos dna – jean-christophe dorn.

La cinquième édition de l’opération Archimède a eu lieu hier après-midi près de la médiathèque André Malraux. Vingt-cinq équipages étaient en lice pour le trophée.

La température avoisinant les 40 degrés à l’ombre, l’opération Archimède a relevé de l’exploit. Surtout pour ses participants, les 25 équipages en lice. C’est l’Union sportive d’Ittenheim qui a remporté la course, ses cinq membres bien entraînés ayant d’ailleurs mené la danse dès le début.

Archimède inaugure les animations estivales

« La nouveauté de cette année est le partenariat avec la Ville », explique l’une des membres de l’ARES (l’Association des Résidents de l’Esplanade) en charge de l’organisation. « L’opération Archimède a quand même servi de lancement aux animations estivales », apprécie la jeune femme.

Près de 150 personnes ont été mobilisées, entre les 25 membres de l’ARES et les participants, impliqués dans l’organisation.

Les embarcations ont été réalisées avec une baignoire, fournie gratuitement par Siehr – une entreprise de carrelage – et quatre fûts cédés par des garagistes. Hier, dès 14 h, en se baladant sur le paddock où les baignoires flottantes sont exposées, on aperçoit des éléments de décoration plus excentriques les uns que les autres : palmier, char romain, petite maison dans la prairie, otarie ou encore instruments de musique.

Les candidats ont eu carte blanche pour la conception du navire, mais des normes de sécurité étaient néanmoins imposées, comme les gilets de sauvetage prêtés par l’ASCPA (activités sportives culturelles et de plein air de Strasbourg).

Alexis Graef, Dimitri Gerrer, Hervé Jung et Maxime Meyer ont concouru hier sur le navire « rasta rocket ». Les quatre copains ont eu trois mois pour préparer leur bolide. « C’est l’occasion de se marrer entre potes et de changer un peu d’activité », confie l’un d’entre eux, expert-comptable de 26 ans. « Le principal, c’est vraiment de s’amuser, on s’en fout un peu du trophée », ajoute Alexis.

Avant même que la course n’ait commencé, il leur a fallu transporter et mettre à l’eau « un bolide de plus de 200 kilos ». Ils terminent 8es.

Difficulté extrême

La Ville ne s’est pas contentée d’être partenaire. Quatre élus ont couru dans un radeau très bucolique où l’on pouvait distinguer une belle rose rouge. Parmi eux, Mathieu Cahn, adjoint en charge de la politique événementielle, et Eric Schultz, adjoint en charge de la population et de l’état civil. « Nous nous sommes vraiment rendu compte à quel point la course est difficile et nous félicitons tous les participants d’avoir réussi le défi », admet Mathieu Cahn.

Deux malaises de participants, l’un notamment pendant la course, ont souligné la difficulté extrême de l’épreuve, encore amplifiée par la chaleur.

© Dernières Nouvelles d’Alsace, lundi 6 juillet 2015. – Tous droits de reproduction réservés

Presqu’île Malraux – l’Opération Archimède

ImgRP80  ImgRP81
Le lancement des animations estivales, sur la presqu’île Malraux, avec la plage d’un côté et la course de baignoires de l’autre.
Photo DNA – J. – C. Dorn

Strasbourg-plage, 6e

La Ville de Strasbourg a inauguré ce dimanche après-midi la sixième édition des Docks d’été. Malgré la canicule, une petite centaine de personnes ont assailli les transats, pendant que des courageux se sont affrontés lors d’une course de baignoire haute en couleurs.

Très attendus, les Docks d’été ont ouvert ce dimanche après-midi, l’inauguration officielle de la plage urbaine – déjà à sa sixième édition – a aussi servi de lancement aux animations estivales de Strasbourg.

« Les docks d’été sont d’abord faits pour les Strasbourgeois, pour ceux qui ne peuvent pas partir en vacances », confie Mathieu Cahn, adjoint au Maire de Strasbourg en charge de la politique événementielle.

« Dans les animations estivales, il y a des activités touristiques comme le spectacle de la cathédrale par exemple, et puis il y a les docks que l’on organise pour nos citoyens avant tout. »

L’Opération Archimède, une course de baignoires (plus ou moins) flottantes, organisé par l’ARES – le centre socioculturel de l’Esplanade – a marqué l’événement.

Au terme d’une course épique, les sportifs s’imposent, avec l’Union Sportive d’Ittenheim, 1re et l’EPIDE, 3. L’équipe des Sales Gosses et ses méthodes peu orthodoxes 🙂 remportent la 2e place.

Engagés aux côtés des 24 autres équipages, les adjoints Mathieu Cahn (PS) et Eric Schultz (EELV) ont terminé la course, mais à leur rythme. « On s’était engagé à courir. Et on a tenu notre engagement », a noté dans un sourire Mathieu Cahn.

Les Docks ouverts tous les jours, de 14 h à 19 h. Du 5 juillet au 30 août 2015. Accès gratuit à la plage et aux équipements ainsi qu’à la base nautique, qui ouvre demain lundi.

© Dernières Nouvelles d’Alsace, lundi 6 juillet 2015. – Tous droits de reproduction réservés

En ouverture des docks – Opération Archimède

ImgRP79

La course ici en 2013 quai des Alpes. Ambiance garantie.
Photo archives DNA-Marc Rollmann

Une flotte survoltée s’avance

Les courses de baignoires flottantes de l’ARES sont toujours de grands moments. Équipages en lice et public sont vite survoltés. La cinquième édition ouvre les Docks d’été à la presqu’île Malraux. À ne pas manquer.

L’opération Archimède (*), course de baignoires flottantes organisée par le centre socioculturel l’ARES, mobilise cette année 25 équipages. En 2014, 16 baignoires avaient concouru. D’ordinaire, programmée quai des Alpes, elle ouvre donc la saison des Docks d’été à la presqu’île Malraux.

Strass’Carnaval dans la course

La course est prévue dans le bassin situé entre la médiathèque et le centre commercial, à l’endroit même où sera installée la base nautique de la Ville.

Dimanche, dès 14h, les bolides seront exposés dans un paddock, comme en Formule 1, précise Marc Philibert, directeur de l’ARES. À partir de 15h30, les équipages les porteront en procession pour la mise à l’eau dans le bassin d’Austerlitz. Le départ de la course devrait être donné à 16h30.

Sur la ligne de départ sont annoncés des associations comme l’espace jeune d’Oberhausbergen, l’Étage, la Maison des ados, l’Épide, la Maison théâtre, la Ruche qui dit oui, les Scouts, l’ARES bien sûr, qui part avec quatre baignoires, mais aussi des entreprises.

Strass’Carnaval, rompu à l’art de la cavalcade, a mis pour la première fois à disposition son hangar pour la préparation des embarcations et préparé deux baignoires pour dimanche, l’une pour elle, la seconde pour des élus prêts à se mouiller. Plusieurs prix seront décernés. Les Archimède d’or, d’argent et de bronze ont été réalisés par un jeune plasticien, Philippe Barra.

(*) La légende dit que le savant grec Archimède découvrant dans sa baignoire la fameuse poussée qui porte son nom, cria « eurêka ».

Dimanche à partir de 14h à la presqu’île Malraux, départ aux environs de 16h30. Plus d’informations sur le nouveau site internet de l’ARES www.ares-actif.fr et sa page Facebook opération Archimède.

© Dernières Nouvelles d’Alsace, vendredi 3 juillet 2015. – Tous droits de reproduction réservés

Strasbourg Magazine 262 – L’Opération Archimède

ImgRP78

Photo ARES

Le dimanche 5 juillet, découverte des bolides, à partir de 14h, départ de la course, à 16h, aux docks d’été.
Organisé par l’ARES, l’opération Archimède inaugure les dock d’été.
Tel un carnaval sur l’eau, c’est une course de baignoires flottantes… quand elles veulent bien flotter jusqu’à la ligne d’arrivée. 25 équipages sont en compétition, avec leur embarcation construite en quelques semaines. Tous les délires sont permis : héros de dessins animés, de bandes dessinées ou de contes, animaux fantastiques, super-héros, performances artistiques et conceptuelles.
Avec du papier mâché, du tissu, du bois et de l’imagination !

© Strasbourg Magazine 262, Juillet/Août 2015. – Tous droits de reproduction réservés

DNA 6 juin 2015 – Animation à l’ARES

ImgRP76
Les enfants ont fabriqué un petit dragon en argile.
Photos DNA


ImgRP77

Au royaume de l’héroïc fantasy

La place de l’Esplanade promet de se transformer en véritable plateau de jeu géant ce samedi. La fête du quartier de l’ARES y décline le thème de l’ heroïc fantasy.

Il y avait des ateliers pour tous et une buvette lors de cette rencontre entre voisins, où chacun a pu venir déguisé : des stands de jeux de société, de création ou sportifs ont fait la joie des familles, des bénévoles du comité des fêtes, des animateurs de l’ARES au cœur du quartier. Un jeu de pistes a permis de se partir à la découverte d’un trésor dans quelques rues environnantes au pied des immeubles. Pour le directeur Marc Philibert et son équipe, c’est un temps partagé autour de l’imaginaire de la fête médiévale avec des décorations qui mettent tout le monde dans l’ambiance.

Sorcières, lutins, trolls…

Des parchemins et leurs enluminures indiquaient les différents ateliers avec des surprises : des sorcières, des magiciennes, des lutins, des nains, des trolls et même Merlin l’Enchanteur surgissaient pour accueillir les visiteurs. Les parents et les enfants, toutes générations confondues, se sont retrouvés pour profiter de cette sortie en plein air à côté de chez eux et pour retrouver l’univers du Seigneur des anneaux ou de celui de Harry Potter. Ils ont pu s’amuser et jouer au lancer de balles et de fléchettes, à la bataille des deux armées avec des pirates, des chevaliers et des géants, participer à une course de dragons et de chevaux. Un atelier de poterie a offert aux enfants la possibilité de fabriquer leur propre petit dragon en argile, surnommé «la créature de boue du marais». Cet objet sera cuit dans la semaine dans les locaux du CSC puis récupéré par son créateur afin que ce dernier puisse le garder à la maison. En soirée, le spectacle «l’ARES en scène» a été l’occasion de présenter des démonstrations sportives et de danse, de hip-hop, pour valoriser les activités de l’année et toutes les compétences acquises.

© Dernières Nouvelles d’Alsace, samedi 6 juin 2015. – Tous droits de reproduction réservés

DNA 30 mai 2015 – Fête de quartier

La fête de quartier se tient tous les ans place de l’Esplanade. Droits réservés ARES-OF

La fête de quartier se tient tous les ans place de l’Esplanade.
Droits réservés ARES-OF

La fête de quartier à l’heure médiévale

La place de l’Esplanade promet de se transformer en véritable plateau de jeu géant ce samedi. La fête du quartier de l’ARES y décline le thème de l’ heroïc fantasy.

« Oyé, oyé ! À vos horloges et coucous ! Les chevaliers, les mages et les lutins du château invitent cordialement le peuple de l’Esplanade et au-delà, en famille ou entre amis, à participer aux jeux, tournois et représentations de danse de fin de saison, sur la grand’place du Royaume ! »

Courses de dragons et de chevaux

C’est ainsi que le comité des fêtes de l’ARES (Association des Résidents de l’Esplanade) a tourné son invitation à sa fête de quartier, pour coller à la thématique médiévale retenue pour cette édition.
Les animations démarreront samedi en début d’après-midi. Jeux de société ou création de blasons familiaux attendent les participants. Lancer de balles (façon Shrek), courses de dragons et de chevaux, modelage de créatures fantastiques, enluminures sont également au programme. Les plus petits auront même droit à un marais et à ses canards. Un décor pour photographies a été préparé…
À partir de 18 h seront proposées des démonstrations de danses. Une buvette et une petite restauration seront par ailleurs assurées sur place. Les enfants devront, eux, rester sous la responsabilité de leurs parents.
Quant à la célèbre course de baignoires flottantes organisée par l’Ares, nom de code « Opération Archimède », elle n’a pas lieu le même jour cette année. Elle est en effet reportée au dimanche 5 juillet, en ouverture des Docks d’été.

Samedi 30 mai à partir de 14 h, place de l’Esplanade à partir de 14 h. Infos : http://www.ares-le-site.com

© Dernières Nouvelles d’Alsace, vendredi 29 mai 2015. – Tous droits de reproduction réservés

Strasbourg Magazine 260 – Pourvu que ça flotte…

Une animation toujours attendue - photo ARES

Une animation toujours attendue – photo ARES

OPÉRATION ARCHIMÈDE

Voilà bien l’un des événements les plus drolatiques proposés dans le cadre des festivités estivales. Chaque année, des centaines de spectateurs se massent sur les berges (lesquelles ?), pour s’amuser du délirant spectacle des baignoires flottantes, prganisé par l’Association des Résidents de l’Esplanade (ARES), et qui constitue l’événement inaugural des Docks d’été. Pour les participants (association, entreprises, clubs sportifs…), il s’agit d’abord de réaliser une embarcation, à partir d’une baignoire et de quatre flotteurs, fournis par l’ARES. Après, pour la construction proprement dite, toutes les astuces sont permises et les matières (bois, tissus,papier mâché…) autorisées. Priorité à l’audace, à la créativité et à l’imagination ! Ensuite, viendra le moment tant attendu de la course : les candidats ont intérêt à avoir le pied marin, histoire d’éviter le naufrage ! Pour s’inscrire et retirer auprès de l’ARES les accessoires indispensables à la construction de son fier vaisseau, il faut s’y prendre dès maintenent. Et comme les responsables de la course sont bons princes, ils donneront volontier conseils et coups de main.

P.S.

Le 5 juillet, presqu’île Malraux – www.ares-le-site.com – Tél. : 03 88 61 63 82

© Strasbourg Magazine 260, Mai 2015. – Tous droits de reproduction réservés

DNA 16 avril 2015 – Charte des valeurs

Une charte des valeurs

Ça va mieux en le disant : les principes fondateurs de l’ARES sont rappelés dans une nouvelle charte des valeurs adoptée mardi en AG. « On n’avait pas de charte », justifie Paul Souville, vice-président de l’association, qui a fait partie des rédacteurs. « On est ensemble pour faire vivre le lien social et le vivre ensemble. On défend les valeurs de la République et on est les héritiers du mouvement d’éducation populaire », résume-t-il. Les dramatiques événements de janvier ont conforté ce travail amorcé au printemps 2014. Pour que soient respectées ces valeurs, l’ARES va s’appuyer sur trois principes. La démocratie d’abord, comprendre que chaque membre doit pouvoir participer à l’action de l’association et que les instances dirigeantes doivent être régulièrement renouvelées. La laïcité en second lieu : « L’ARES appréciera les diverses demandes particulières liées à la pratique religieuse en fonction de leur impact sur son projet et sur le « vivre ensemble »». L’indépendance enfin : la défense des habitants restera le but premier de l’association de quartier.

© Dernières Nouvelles d’Alsace, jeudi 16 avril 2015. – Tous droits de reproduction réservés